Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - Desclée

 


René Desclée, 1868-1953

Aérophotographe Tournaisien







1.BIOGRAPHIE



René Desclée est né à Tournai le 13 août 1868. Son père, Edmond, qui est directeur d'une société distributrice de gaz, décède en 1880.

Son enfance se passe souvent chez ses grands-parents à la Verte-Feuille et à Tournai.

Il s'intéresse à la Science et il admire les machines étranges dont son père lui explique le fonctionnement.

En 1881 il reçoit son premier appareil photographique acheté au Paradis des enfants, à Paris.

A 13 ans, il réalise une de ses premières photos, la basilique de Lourdes. Après des études secondaires au collège Notre-Dame, il obtient à 16 ans un prix de physique et un accessit en versification latine. Il obtient un Doctorat de Droit à l'université de Louvain. Fin 1886, il achète un appareil Mackenstein fabriqué à Paris, ainsi qu'un objectif fabriqué par Dallmeyer à Londres. Entre 1887 et 1890, il prend une vingtaine de clichés au collodion, bien connu pour la finesse de son grain.

Fin 1892, René Desclée rencontre les frères Lumière à Lyon. Il prend trois photos en utilisant les rayons X en 1896 (les rayons X furent officiellement découverts par Wilhelm Rontgen le 8 novembre 1895).






Sa première exposition se tient à Tournai du 21 au 24 juin 1896 au profit des enfants abandonnés. Il y expose 58 photos dont celles prises aux rayons X ainsi que de nombreux bateaux à vapeur pris à Boulogne et à Ostende. Il développe ses plaques lui-même et imprime ses photos.





René Desclée épouse en 1901 Gabrielle Maertens de Noordhout, originaire de Gand. Ils auront cinq enfants, Lucie, Albert, Hélène, Ghislaine et Fernand.








Dès 1900, il prend des photos de locomotives. La plupart des photographes de locomotives montrent la machine froide, de face et de profil. Desclée est l'un des premiers à photographier les machines dans le paysage et parfois même en marche.



La grande passion de Desclée sera le photo-cervolisme ou photographie aérienne par cerf-volant - parfois appelé kapisme ou KAP de l'expression anglaise Kite Aerial Photograph – inventé en 1892 : Un appareil photo est suspendu à un cerf-volant. La vue est prise depuis 2 à 3 mètres jusqu'à 1000 mètres d'altitude. En octobre 1905, un photographe gantois, Armand Goderus, publie dans le Bulletin de l'Association belge de Photographie, un long article intitulé: Le Cerf Volant photographe.

Le 18 avril 1910, Desclée rapporte du ciel sa première vue; 124 aérophotographies par cerf-volant suivront de 1910 à 1939.





Il construit son premier appareil photographique, une petite chambre noire de bois très léger qui reçoit des négatifs sur plaques de verre de format 8 x 8 cm.

Son premier cerf-volant est un multicellulaire type Lecornu. Il a la forme d'une étagère carrée, d'un mètre de côté, constituée de 16 petites cellules carrées légèrement décentrées, c'est pourquoi on le surnomme "gaufre". Il ne pèse que 640 grammes pour une surface portante de 2,5 m. Sa densité n'est que de 256 grammes par mètre carré. La puissance de traction qu'il développe, par vent moyen, lui permet d'élever sans risque l'appareillage léger de René Desclée.


René Desclée choisi d'enrouler deux tronçons de quelques centaines de mètres de câble sur deux dévidoirs à main. Il emporte aussi deux longues vrilles en acier munies d'un orifice destiné chacun à recevoir un levier, lesquels servent d'ancrage du câble. L'opérateur dispose ainsi de sa liberté de mouvement pour les manipulations du matériel photographique.

Pour obtenir des images de Tournai, René Desclée opère surtout au départ de la plaine des Manoeuvres, ou encore de la citadelle.
Toute la région de Tournai qest parcourue par cet étonnant photographe, débordant d'énergie créatrice, au guidon de sa bicyclette surchargée de matériel.


René Desclée est un vélocipédiste infatigable et cela jusqu'à la fin de sa vie. Il ne possède pas de voiture et pour photographier les sites éloignés, il utilise le train.





Il emmène femme, enfants... et cerf-volant durant les vacances dans la petite ville balnéaire de Nieuport.





Il y trouve un vent régulier qui se prête idéalement aux expériences d'aérophotographie qu'il effectue au départ de la vaste plage sablonneuse. Par la suite, il achète même une maison à Nieuport.





En mai 1914, il se rend en vélo à Antoing, cité antique toute proche de Tournai. II effectue la première aérophotographie par cerf-volant d'un site archéologique.



En 1914, René Desclée s'exile à Royan, en France. Il ne revient en Belgique qu'en 1919.






Il réalise un nouveau dispositif pour améliorer le détail de ses clichés. Son choix se porte donc sur l'objectif Protar, de Zeiss, de 128 mm. de focale et ouvrant à 1:9. La chambre noire en contreplaqué munie de ses accessoires, mais sans plaque, ne pèse que 500 grammes... un record de légèreté pour l'époque!

René Desclée réalise une suspension inédite. La disposition d'une articulation réduit les oscillations latérales. Une manche à air, dont l'écoulement aérodynamique est judicieusement calculé, est placée en amont de la chambre, dans le lit du vent.



Pour élever dans les airs sa nouvelle chambre, il modifie un de ses anciens cerfs-volants. Il s'agit d'une sorte de grand Hargrave qu'une photo, datée de 1910, nous montre déjà, dans sa version originale. L'appareil est composé de deux cellules carrées constituées de quatre cellules plus petites. La mise au point et les premiers essais photographiques ont lieu à Wippelgem durant les mois d'août et septembre 1920.

Le 5 octobre 1920, de retour à Tournai, il choisit la plaine des Manoeuvres comme site d'envol. D'emblée, ces photographies sont parmi les plus accomplies de la carrière de René Desclée.



En 1939, il est élu président de la Société royale d'Histoire et d'Archéologie.







Dans les années 30, Jules Messiaen, photographe tournaisien, photographie René Desclée en action. Il est le seul qui nous montre René Desclée sur le terrain de ses exploits.




René Desclée fait aussi quelques images amusantes, comme ce match de football, vu des airs.






Ou encore, l'opérateur et les personnes qui l'entourent, saisis à la verticale, d'une très faible hauteur, le nez en l'air et tous aisément reconnaissables. C'est par une telle image, prise le 2 juin 1939 sur un site de fouilles archéologiques à Antoing, que René Desclée fait ses adieux à l'aérophotographie.

René Desclée décède le 5 décembre 1953 à Tournai.

Bibliographie : RENE DESCLEE - Photographe Tournaisien - 1868-1953


Seule une partie de ce fonds de négatifs a été mise en ligne. René Desclée avait l'habitude de prendre plusieurs prises de vue du même sujet en changeant les temps de pause et les ouvertures. Ces photographies négatives sont consultables à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine.


 


 Ensemble du fonds
 Accès par villes

DIFFERENTS THEMES :

Vues aériennes
 


Modèles réduits
 


La T.S.F
 


Locomotives et trains
 


Yachts
 


Bateaux de pêche
 


Steamer
 


Canots à moteur
 


Bateaux à voile
 


Barques
 


Chars à voile
 


Ballons
 


Moulins à vent
 


Moulins à eau
 


Papillons
 


Scènes d'hivers
 


Beffrois
 


Chevaux
 


Fête de village
 


Fête médiévale
 


Meeting de Tournai (1909)
 


Tournai: Cathédrale Notre-Dame
 


Tournai: Église de la Madeleine
 


Tournai: Église Saint-Quentin
 


Tournai: les ponts
 





 Crédits



 Interrogation des Archives Photographiques dans la base Mémoire

 Interrogation de toute la base Mémoire