Paris, Exposition universelle de 1900


51 millions de visiteurs vont se presser sur les rives de la Seine, entre le 15 avril et le 12 novembre 1900, pour assister à une exposition exceptionnelle. La France entend « éblouir les nations » en présentant plusieurs centaines de bâtiments de tous styles . Le Grand Palais, qui succède au palais de l'Industrie construit en 1855 et le Petit Palais qui lui fait face sont destinés à être pérennisés. Exhiber les richesses de son empire colonial, affirmer l'« amitié franco-russe » (d'où la construction du pont Alexandre III), revendiquer l'excellence dans le domaine technologique (la France comme « berceau » du cinématographe ou du radium), sont quelques-uns des objectifs politiques associés à l'événement. C'est Paris « Ville Lumière » qui s'expose et « le "style 1900", académique et colossal, ne se confond aucunement avec l'Art nouveau, presque absent » de l'Exposition (Pascal Ory).


Les photographes :
Les fonds de la Médiathèque sont constitués notamment d'un ensemble de photographies des fonds Petit, Faucher Gudin, Lucien Roy (architecte de la section des régions françaises lors de l'Exposition de 1900) ou d'amateurs comme Paul Lancrenon ou Sénicourt.