Histoire de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine – chronologie

Dates Administration des Monuments historiques Archives, bibliothèque et documentation Photographie Centre de recherches sur les Monuments historiques
1830 Création d'un poste d'inspecteur général des Monuments historiques au ministère de l'Intérieur Ludovic Vitet est le premier inspecteur, Prosper Mérimée lui succède en 1834 Premiers rapports de mission
1837 Création de la commission des Monuments historiques composée de sept membres : le comte de Montesquiou, Auguste Le Prévost, Ludovic Vitet, le baron Taylor, Augustin Caristie et Félix Duban Constitution de la bibliothèque des Monuments historiques qui conserve les ouvrages, les archives et la documentation iconographique nécessaires aux travaux de la commission.
1840 Publication de la première liste des monuments « pour lesquels des secours ont été demandés et que la commission a jugés dignes d'intérêt ». Des listes, non cumulatives, sont publiées en 1846, 1862, 1875, 1889, 1900, 1910. Elles sont reprises dans la liste définitive de la loi du 31 décembre 1913.
1851 « Mission héliographique » : Édouard-Denis Baldus, Gustave Le Gray, Auguste Mestral, Henri Le Secq, Hyppolite Bayard sont chargés de réaliser des prises de vues pour la commission des Monuments historiques. C'est le point de départ de la constitution des fonds photographiques.
1855 Première publication des Archives de la Commission des Monuments historiques. La publication par fascicules se poursuivra jusqu'au début du XXe siècle.
1877 Médéric Mieusement est attaché à la commission des Monuments historiques. Il lui fournit régulièrement des photographies et répond à ses commandes.
1879 Création du Musée de sculpture comparée par Jules Ferry à la suite de deux rapports d'Eugène Viollet-le-Duc.
1881 Mieusement signe un contrat avec le ministère de l'Intérieur et des Cultes pour des prises de vues de cathédrales.
1883 1883-1920 - après la signature du contrat passé entre les musées nationaux et la maison Braun, cette dernière a le monopole des prises de vues dans les musées nationaux et de la vente des tirages. En contrepartie elle doit remettre ses clichés à l'État.
1883-1887 - Mieusement est autorisé à exploiter une partie du fonds de clichés des archives des Monuments historiques et à vendre des reproductions dans le musée de Sculpture comparée.
1887 Première loi sur la conservation des monuments et objets d'art présentant un intérêt d'histoire ou d'art.
Création de l'École de Chaillot par Anatole de Baudot.
1889 Mise à disposition du public du fonds photographique dans la bibliothèque du musée de Sculpture comparée.
1890 Le Service des Monuments historiques commence à déposer des livres, des photographies, des gravures (double du dépôt légal) dans son annexe du Trocadéro, pour servir d'instrument pédagogique notamment pour les cours de l'École de Chaillot. Cession du contrat passé entre Mieusement et le ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts à son gendre Paul Robert.
1891 Première séance de la « sous-commission chargée des objets mobiliers »
1893 1er concours de recrutement d'architectes des Monuments historiques. Le titre d'architecte en chef des Monuments historiques apparaît en 1897.
Paul-Frantz Marcou (1860-1932) est nommé inspecteur général adjoint des Monuments historiques pour les objets mobiliers.
1894 Édition du premier catalogue de clichés permettant au public de passer commande de tirages.
1897 Apparition du titre d'architecte en chef des Monuments historiques (ACMH)
Diffusion des premières Instructions pour le claccement des objets mobiliers
1898 1898 – 1913 - Les frères Neurdein succèdent à Mieusement pour l'exploitation commerciale des fonds.
1905 Loi de séparation des Églises et de l'État.
1906 Loi de protection des sites et Monuments naturels.
1907 Le Service des Édifices diocésains est absorbé par le Service des Monuments historiques. Les fonds graphiques du Service des édifices diocésains sont affectés aux collections du Service des Monuments historiques Les fonds photographiques du Service des édifices diocésains sont affectés aux collections du Service des Monuments historiques
1908 Organisation de l'inspection et de la conservation des antiquités et objets d'art.
1913 Loi sur les Monuments historiques. Les arrêtés de protection deviennent obligatoires. Constitution des premiers dossiers de protection.
1914 Création de la Caisse des Monuments historiques et préhistoriques.
1915 Fin du contrat des frères Neurdein
Création de la Section photographique de l'Armée, sous la double tutelle des ministères de la Guerre et de l'Instruction publique (dont dépendent les Beaux-arts).
Le ministère de la Guerre contrôle les reportages dont la gestion administrative et financière est assurée par les Beaux-arts. Les locaux de la section sont installés rue de Valois.
1917 Création du service de préservation et d'évacuation des monuments et oeuvres d'art à proximité du front.
1919 Loi sur la réparation des dommages causés par les faits de la guerre. Suppression de la Section photographique et cinématographique de l'armée.
1920 Reprise des activités propres aux Beaux-arts. Les musées nationaux remettent les clichés de la maison Braun au Service photographique des Beaux-Arts.
1923 Création de la société « Les Archives photographiques d'art et d'histoire » chargée de l'exploitation commerciale des fonds photographiques des Beaux-arts.
1929 Liste des Monuments historiques classés dans les départements annexés à l'Empire allemand entre 1870 et 1918.
1930 Loi de protection des sites et monuments naturels
1931 Charte d'Athènes pour la restauration des Monuments historiques
1935 1935-1937 - Création de l'Office de documentation des Monuments historiques.
1936 Création de la revue Monuments historiques de France
1941 Loi sur les fouilles archéologiques.
1942 1942-1970. Création du « Casier archéologique », fichier recensant des bâtiments qui présentent un intérêt historique ou artistique (mais pas obligatoirement protégés au titre des Monuments historiques). Dissolution de la société « Les Archives photographiques d'art et d'histoire ». Décret de confirmation de l'Office de documentation des Monuments historiques.
1945 Création de la Direction générale de l'Architecture
1946 Création de la Compagnie des architectes en chef des Monuments historiques et du corps des architectes des bâtiments de France.
Loi de protection des collections scientifiques.
Décret fixant le statut de l'archiviste de la Direction générale de l'architecture, qui comprend cinq services distincts de documentation : bibliothèque et archives, fichier des objets d'art, casier archéologique, archives photographiques, Centre de recherches sur les Monuments historiques.
1951 Arrêté officialisant l'existence d'un Service photographique au sein de la Caisse nationale des Monuments historiques qui, dès 1946, était déjà chargée de l'exploitation des fonds photographiques.
1955 L'Office devient Centre sur les recherche des Monuments historiques.
1959 Création du Ministère des Affaires culturelles.
1962 Loi sur les secteurs sauvegardés ou « loi Malraux ».
1964 Mise en place d'un Service de la recherche archéologique et des antiquités, autonome du Service des Monuments historiques. Les archives et la documentation sont divisées entre les deux services de l'Archéologie et des Monuments historiques.
1965 Extension à l'outre-mer de la loi de 1913 sur les Monuments historiques.
1970 Création d'une inscription à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques pour les objets mobiliers.
1977 Création des directions régionales des Affaires culturelles (DRAC) dont font partie les conservations régionales des Monuments historiques.
1978 Création de Mérimée, base de données du patrimoine monumental français.
1982 Création de« l'Association française pour la diffusion du patrimoine photographique » (AFDPP), sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, chargée de conserver 16 fonds photographiques acquis par l'État (donation, achats, legs). À partir de 1997, elle est habituellement désignée sous le nom de « Patrimoine photographique ».
1983 Transfert des fonds de négatifs et d'une partie des tirages, de la rue de Valois et du palais de Chaillot, au fort de Saint-Cyr à Montigny-le-Bretonneux.
1984 Création des Commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et ethnologique (COREPHAE), remplacées, en 1997, par les Commissions régionales du patrimoine et des sites (CRPS).
1988 Installation de la bibliothèque et des archives des Monuments historiques dans les hôtels de Vigny-Croisilles.
1989 Création de Palissy, base de données du patrimoine mobilier français Rattachement administratif du service des Archives photographiques à la mission du patrimoine photographique.
1995 Mise en ligne de la base Mérimée sur internet. Regroupement du service des Archives photographiques, de la bibliothèque et des archives des Monuments historiques, du Centre de recherche sur les Monuments historiques et des sections de la documentation courante immeubles et objets au sein de la Médiathèque du patrimoine. Le nouveau service est officialisé en 1996.
1997 Versement des notices informatisées des immeubles et objets classés des MH dans les basees de données Mérimée et Palissy
1998 Fusion de la Direction du Patrimoine et de la direction de l'Architecture. Mise en ligne de la base Palissy sur internet La Médiathèque du patrimoine devient la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (MAP).
2000 La MAP devient service à compétence nationale (SCN). La Caisse nationale des Monuments historiques et des sites (CNMHS) devient le Centre des Monuments nationaux (CMN), qui poursuit l'exploitation du fonds photographique de la MAP.
2003 Le CRMH quitte le palais de Chaillot pour rejoindre l'hôtel de Croisilles.
2004 Parution du Code du patrimoine. Création de Médiathek, base de données des archives, plans et tirages photographiques de la MAP. Dissolution de l' association « Patrimoine photographique » et affectation de ses fonds à la MAP.
2007 Convention avec la Réunion des musées nationaux (RMN) pour la diffusion des fonds de la MAP.
2008 Installation de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. à Charenton-le-Pont après la vente des hôtels de Vigny-Croisilles
2009 À la suite de la révision générale des politiques publiques (RGPP), création de la direction générale des Patrimoines à laquelle est rattachée le service du Patrimoine, regroupant les Monuments historiques, les espaces protégés, l'archéologie et l'Inventaire général L'architecte Pierre-Louis Faloci remporte le concours d'architecture pour le réaménagement du site de Charenton-le-Pont.
2010 Les Architectes des Bâtiments de France sont rattachés aux DRAC.
2011 Création d'un conseil scientifique au sein de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine.