Le département de la photographie





Collection de référence sur le plan international dans le domaine de la photographie, la MAP est aussi l'un des plus grands centres de conservation du négatif en Europe. Elle conserve plusieurs millions de documents (au moins quinze de négatifs et quatre de tirages) qui permettent d'éclairer le travail des photographes, de la prise de vue aux différents états de l'image photographique : négatifs originaux, plaques de projection, autochromes, diapositives, tirages, archives.

Aujourd'hui, la MAP conserve des collections aux thématiques très diverses :
Sites et monuments : fonds de l'administration des Monuments historiques, d'architectes et d'érudits.
Beaux-arts : fonds de l'administration des Beaux-arts et des musées (jusqu'aux années 1970), fonds concernant les expositions universelles et coloniales (1889-1937), fonds de salons.
Première guerre mondiale : photographies réalisées pendant le conflit, fonds de presse étrangers, fonds Ann Morgan.
Portraits, spectacles et cinéma : ateliers professionnels de portraits (Nadar, Studio Harcourt, Lévin) et photographies de plateau (Corbeau, Voinquel, Lowenthal),
Voyages et expéditions : photographies prises sur tous les continents depuis 1850.
Œuvres d'auteurs, parmi lesquels Willy Ronis et André Kertèsz.
Fonds d'amateurs photographes, dont le Touring Club de France et Émile-Constant Puyo.



Les plus grands noms de la photographie des 19e et 20e siècles s'y côtoient, tels Baldus, Le Gray, Mestral, Delessert, Marville, Nègre, Mieusement, Atget, Seeberger, Le Boyer, Kollar, René-Jacques, Boudinet et bien d'autres, pour constituer l'une des plus grandes collections photographiques nationales.


Les photographies conservées par ce département proviennent principalement de trois entités :
la bibliothèque et les archives du service des Monuments historiques,
le service des Archives photographiques,
l'Association française pour la diffusion du patrimoine photographique (AFDPP).


La mission héliographique de 1851 marque le début du fonds photographique du service des Monuments historiques. Tout au long du 19e siècle, ce dernier poursuit des acquisitions de tirages auprès de photographes comme Mieusement, Marville, Durand ou Heuzé. Au 20e siècle, des fonds d'architectes comme Lenormand ou Trouvelot viennent enrichir cet ensemble. Les photographies des architectes en chef des Monuments historiques, argentiques ou numériques, contribuent toujours à l'enrichissement des collections de la MAP. Elles représentent pour l'essentiel des édifices, des objets ou des sites archéologiques protégés au titre des Monuments historiques, avant, pendant ou après restauration.


Parallèlement, à partir de 1883, l'exploitation des négatifs commandés ou acquis par l'administration des Beaux-arts est confiée à un concessionnaire. À Médéric Mieusement, puis à son gendre Paul Robert, succèdent les frères Étienne et Louis Neurdein, les uns et les autres alimentant le fonds d'une partie de leur production photographique. En 1915 est créé le Service photographique des armées sous double-tutelle des ministères de la Guerre et de l'Instruction publique, dont dépendent les Beaux-arts qui en forment le noyau. Après 1918, la Société des archives photographiques d'art et d'histoire puis, l'agence photographique de la Caisse nationale des Monuments historiques et des sites assurent la diffusion commerciale de ces fonds, aujourd'hui diffusés par l'agence photographique de la Réunion des Musées nationaux.


Au cours des années 1920-1930, dans l'entre-deux-guerres, le service s'enrichit des fonds Atget et Martin-Sabon ; il reçoit en dépôt le fonds Jacques Doucet (bibliothèque d'art et d'archéologie) et Lefèvre-Pontalis (Société française d'archéologie). Les acquisitions se poursuivent au lendemain de la seconde guerre mondiale avec celle de l'atelier Nadar en 1950. Depuis les années 1970, de nombreux fonds du 19e siècle (Normand, Brébisson, Banville) ou du 20e siècle (Allégret, Pic, Arlaud) ont rejoint cet ensemble.



Enfin, l'Association française de diffusion du patrimoine photographique (AFDPP) réunit, dans les années 1980, seize donations et acquisitions de l'État. Après la dissolution de l'association en 2004, la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine accueille ces fonds. Le rapprochement des collections des Archives photographiques avec celles des Monuments historiques a permis la conservation, au sein d'une même institution, des négatifs et tirages de nombreux photographes. Cette particularité est renforcée par les fonds issus de l'AFDPP.

Le département de la photographie de la MAP est installé sur deux sites :
Charenton-le-Pont (accueil du public et centre de recherches).
le fort de Saint-Cyr à Montigny-le-Bretonneux (centre de traitement et de conservation).